1. Accueil
  2. Votre métier

Assurance Garantie Décennale pour maçon : devis en ligne gratuit

Le métier de maçon : l'assurance décennale en maçonnerie générale

Après le nivellement du terrain, le maçon est le premier à intervenir dans la construction d'un bâtiment, Il élabore ou met en place les éléments porteurs d'une construction en respectant les plans : il prépare et réalise les fondations, coule la dalle, monte les murs et les cloisons, pose les planchers, c'est que l'on appelle le gros oeuvre.

Le maçon est le garant de la qualité de l'enveloppe et de la structure du bâtiment en dehors des systèmes constructifs bois. Il intervient sur tout type de bâtiment, aussi bien dans le cadre de constructions neuves que sur des chantiers de réhabilitation ou restauration de bâtiments anciens.

Des prestations variées : Selon les constructions, le maçon a l'occasion de manipuler du béton, des liants, des moellons, de la pierre, de la brique, du bois, des matériaux composites, des ensembles préfabriqués (poutrelles, hourdis, pré-dalles). En conséquence, il utilise des outils à main (truelle, fil à plomb) et/ou des équipements mécaniques comme les matériels électroportatifs ou pneumatiques. Le maçon maîtrise également la fabrication des éléments qui servent à maintenir ou à décorer l'enveloppe du bâtiment : mortier, ciment, plâtre, résine, et réalise des enduits intérieurs et extérieurs. Dans certaines régions, le maçon peut être également couvreur et charpentier.

Des secteurs diversifiés : Un maçon peut être appelé sur des chantiers de construction, de rénovation, voir même de destruction. Il peut être amené à construire des bâtiments traditionnels ou modernes : maison individuelle, immeuble collectif d'habitation, immeubles de bureaux, centres commerciaux, bâtiments industriels. Il peut participer à la restauration et à la réhabilitation de monuments historiques.

Un métier évolutif : La variété des chantiers, sur lesquels peut travailler un maçon, permet à celui-ci de faire évoluer et diversifier ses savoir-faire. Le maçon, qui le souhaite, a souvent la possibilité de s'exercer à des techniques totalement différentes, en passant de la construction traditionnelle, au monomur, à des bétons spécifiques, à l'assemblage d'éléments préfabriqués à l'isolation thermique par l'extérieur. Un maçon peut également se spécialiser dans la performance énergétique des bâtiments et conseiller ses clients.

Quel risque en assurance pour un maçon ? Quels sinistres possibles ?

Avec l'étanchéité, l'activité de maçonnerie reste l'activité la plus à risques dans le bâtiment, de ce fait c'est naturellement l'activité la plus chère. De nombreux sinistres peuvent intervenir sur un chantier de maçonnerie.
En responsablité civile professionnelle envers les tiers par exemple : -le pignon d'une maison en construction s'effondre suite à une tempête sur le grillage du voisin, un salarié de l'entreprise chute à cause d'un échaffaudage défaillant propriété de l'entreprise, en manipulant une mini pelle pour une fondations celle ci abime la voiture du voisin etc ...
En garantie décennale : -un mauvais dosage en ciment et un mauvais ferraillage provoque une fragilité des fondations entraînant un affaissement des murs porteurs 4 ans plus tard et des fissures sur les murs.
-une mauvaise étanchéité des paroies enterrées provoque des remontées capillaires quelques années après la réception de chantier
 

Quels sont les prix d'assurance décennale et responsabilité civile pour un maçon

 Quelques cas pratiques pour l'activité de maçonnerie générale :

Maçon en création CA 50 000€ 2 ans d'expérience 2100€
Maçon en création CA 50 000€ 10 ans d'expérience 2000€
Maçon créé depuis plus de deux ans sans assurance CA 50 000€ 2200€
Maçon créé depuis plus de deux ans sans assurance CA 100 000€ 3200€
SARL en création CA 200 000€ 2 salariés 4300€
SARL assurée depuis 5 ans sans sinistre CA 200 000€ 5000€

L'activité stricte de maçonnerie au sens de la nomenclature de l'assurance

10 Maçonnerie et béton armé sauf précontraint in situ Réalisation de maçonnerie en béton armé préfabriqué ou non, en béton précontraint préfabriqué (hors précontrainte in situ), en blocs agglomérés de mortier ou de béton cellulaire, en pierre naturelles ou briques, ceci tant en infrastructure qu'en superstructure, par toutes les techniques de maçonneries de coulage, hourdage (hors revêtement mural agrafé, attaché ou collé).
Cette activité comprend les travaux de :
- enduits à base de liants hydrauliques ou de synthèse,
- ravalement en maçonnerie,
- de briquetage, pavage,
- dallage, chape,
- fondations autres que pieux, barrettes, parois moulés, palplanches, parois de soutènement autonomes et toutes autres techniques
équivalentes.
Ainsi que les travaux accessoires ou complémentaires de :
- terrassement et de canalisations enterrées,
- complément d'étanchéité des murs enterrés,
- pose de matériaux contribuant à l'isolation intérieure,
- la pose de renforts bois ou métal nécessités par l'ouverture de baies et les reprises en sous-oeuvre,- démolition et VRD,
- pose d'huisseries,
- pose d'éléments simples de charpente, ne comportant ni entaille, ni assemblage, et scellés directement à la maçonnerie, et à l'exclusion de
toute charpente préfabriquée dans l'industrie,
- plâtrerie,
- carrelage, faïence et revêtement en matériaux durs à base minérale,
- calfeutrement de joints.
Et les travaux suivants liés à la fumisterie :
- construction, réparation et entretien d'âtres et foyers (hors four et cheminée industriels),
- conduits de fumées et de ventilation à usage domestique et individuel,
- ravalement et réfection des souches hors combles,
- construction de cheminées à usage domestique et individuel,
- revêtements en carreaux et panneaux de faïence.