1. Accueil
  2. Votre métier

Assurance décennale carreleur : devis gratuit en ligne sous 4h

Le métier de carreleur et chapiste : l'assurance des révêtements de sol dur

Le carreleur-mosaïste intervient une fois le gros oeuvre terminé, sur les façades, dans les salles de bains, les cuisines et les piscines.

Qu'il s'agisse d'un sol de cuisine ou d'un mur extérieur, le carreleur effectue d'abord un relevé très précis du lieu de l'ouvrage. Puis il prépare le support des carreaux et réalise une chape de ciment. Les carreaux sont posés en harmonisant les formes et les couleurs, ils sont fixés au sol ou au mur à l'aide d'un mortier ou de colles chimiques, ce qui donne une fixation très solide qui peut être renforcée, avant séchage, à la batte ou au maillet. Pour les joints, le carreleur s'arme d'une spatule et de ciment éventuellement teinté.

Céramique, porcelaine, grès, ardoise, marbre, faïence, pierre naturelle, pâte de verre ou même plastique : pour habiller les sols et les murs, le carreleur-mosaïste a un large choix de matériaux plus ou moins lourds, plus ou moins fragiles et cassants.

Des nouvelles tailles de carrelage dits grands formats font leur apparition depuis quelques années faisant également évoluer les DTU utilisés, la pose de ces grands carreaux impliquent un soin tout particulier et des colles spéciales.

L'utilisation des planchers chauffants également donne encore plus de responsabilité au chapiste et carreleur sur la bonne utilisation des colles ( déformable, pour chape anhydrite etc ... )

Les compétences indispensables : Ce métier exige la technicité du maçon pour réaliser des chapes de ciment ou un mortier de pose. Une bonne connaissance des matériaux et des procédés (enduit, découpe, joints...) est indispensable. Le carreleur doit posséder le goût du calcul, de la précision et du dessin. Il doit faire preuve de créativité et avoir un sens esthétique certain pour agencer les carreaux avec goût. Il doit aussi être rigoureux et patient, savoir travailler avec soin, habileté et propreté dans des positions souvent inconfortables.

Dans la nomenclature des assurances il s'agit de l'activité 28

28 Revêtement de surfaces en matériaux durs :
Chapes et sols coulés
Réalisation de revêtement de surfaces en carrelage ou en tout autre produit en matériaux durs, naturels ou artificiels (hors agrafages,
attaches), chapes et sols coulés.
Cette activité comprend les travaux accessoires ou complémentaires de :
- pose de résilient acoustique ou d'isolation sous chape ou formes flottantes,
- étanchéité sous carrelage non immergé,
- protection par imperméabilisation des supports de carrelage et faïence.




Quels sont les tarifs en RC et assurance décennale pour un carreleur chapiste

 

Quelques cas pratiques pour la pose de revêtement de sol dur :

Carreleur - chapiste en création CA 50 000€ 2 ans d'expérience 1600€
Carreleur - chapiste en création CA 50 000€ 10 ans d'expérience 1300€
Carreleur - chapiste créé depuis plus de deux ans sans assurance CA 50 000€ 1650€
Carreleur - chapiste créé depuis plus de deux ans sans assurance CA 100 000€ 2100€
SARL en création CA 200 000€ 2 salariés 3750€
SARL assurée depuis 5 ans sans sinistre CA 200 000€ 3100€

Quels sont les risques encourus en terme d'assurance décennale pour un carreleur mozaiste et chapiste

La réception du support est primordiale, en effet le carreleur sera responsable en cas de malfaçons dues au support même si il ne l'a pas réalisé. Les carreleur doivent par exemple vérifier le bon séchage des chapes anhydrites sur lesquelles ils posent leur carrelage sous peine de décollement quelques mois plus tarf.

Dans les salles de bain également les risques d'humidité et d'étanchéité sous carrelage sont importants et peuvent entraîner des sinistres d"infiltrations.

Pour les terrasses extérieurs, le révêtement de sol doit être posé sur une chape respectant les pentes réglementaires pour l'évacuation des eaux de pluies, le chapiste mettra en cause sa responsabilité si des flaques d'eau apparaissent et stagne par exemple avec des risques de glissage en cas de gel.